Accéder au contenu principal

Articles

Bonjour je m’appelle Lecture et je suis en petite forme

Si tu cherches du sens pour nourrir ton œuvre de vie apporte-le dans l’existence où ton amour survit — Alors, ce stage chez Massicot ? — Bien. Je saurai tout du métier. Je fais une pause, là.  Vu ma conso’ de vin je suis un ancien français.  Ça a bardé.  — Au fond j’ai l’air con , dit Lady Sillon. Le chambellan entre.  «  Le Barde est là !  » « Tout est là », c’est Nietzsche qui a raison ; tout poète est chargé de conventions  et, plus intelligent, de vin, iel reste bon devin – divin ? 🎮🎭Si Dieu n’existait pas, on ne pourrait pas se connaître soi-même.  « Oh ne venez pas me parler de votre Dieu : j’ai un projet scientifique et pas de l’espace-temps à perdre avec ces superstitions ! »  Manière de décalage un peu française.🎲🎯🎬  « Suivante : Comment j’ai manqué une case philosophique en sautant par-dessus ! » Marguerite de Valois-Angoulême, (1492-1549), “Marguerite de Navarre”  Le miroir de l’âme pécheresse , vers 13 à 20.  CUIDAR - Traduction en français - bab.la Le français se mode

FRAGRANCE NUBILE RÉVOLUTIONNAIRE

                              FRAGRANCES NUBILES  RÉVOLUTIONAIRES Lorsque j’aurai fait place honnête dans mon cœur j’aurai la qualité d’un Enfant devenu un être qui regimbe à s’éprouver chenu : je serai prêt, ô Conjugalité, Pudeurs... Ça viendra bien... Mais comment devenir meilleur ? Apprendre les Conduites des salons urbains ? N’économiser rien ? Exceptons l’eau du bain qui servira Trois fois ! Enfin ! Que je ressente vos Hygiènes, Narcisses aux modes présentes ! De vos plus fats effluves gorgés d’encaustiques je nous vengerai, Moi et ma Propriété ! Mon Égoïsme cher, décadent aux Sceptiques édifiés par vos lais aux douceâtres beautés ! Je vivrai sale, et pas qu’un peu : dieu sans athées personne n’oubliera ma propre Intégrité Je vivrai sale et pauvre, Expert ès sociétés :  L’argent n’a pas d’odeur... sauf pour vous, Créanciers ! Mon bonheur – s’il existe – abolira l’argent… J’élève au Désespoir quelques fous qui m’admirent, dévoués au dur Métier du Bouc, P

Il pourrit le lire depuis 50 ans : « Salut ! Je m’en torche AVEC » … Bourgeois !

Il nazifiait la vie Ils navets point comprîts                          « IELS !!! »0 Lêvi les yeux  Qui je ce bilbolisez ? Je trouve : ça va, les terroristes. Ici, bien. 

Audience Danket, avec nos rapporteurs PIERRE•à•FEUILLE

Toge de recteur d'académie ( source Wikimedia, licence Creative Commons ) C’est calme mais au moins on n’avance pas. Ça devrait toujours avoir du calme. Messieurs, le Recteur d’académie, le Préssédent, L’Inspecteur d’académie -  Directeur académique des services de l'Éducation nationale ( jamais-là ), Messieurs le RA et IA-DASEN , estimez-vous bon que cessent les purges dans les écoles de la république de France ?  …  Quel est votre degré d’appartenance à la langue française de la république :  degrés : 1ere langue ; deuxième langue ; troisième langue ?    Pour quel État dans l’Europe travaillez-vous ?  …  En quel idiome accordez-vous le sujet ? En quel idiome conjuguez-vous le verbe ? Le prédicat, vous le prêchez pour quel pouvoir ? Croyez-vous que ce soit bien de faire cesser les purges politiques dans nos écoles ? En avisant tous les proviseurs et principaux des lieux d’enseignements qui sont à votre charge, selon vos consignes ? Êtes-vous pour ? Êtes-vous contre les purges

D’Archaïe en Arcadie

Eh bien restez chez vous. Voyagez moins et restez dans votre « pays ». Ce n’est pas une question étatique de régions ni départementale. C’est géographique et c’est historique, culturel, c’est « vous », mieux que personne. C’est un pays très différent de zone en zone, restez chez vous, développez-le si vous l’aimez. Sinon, si vous ne vous trouvez « plus chez vous », mal respecté sur votre sol, migrez. En Afrique, en Asie… On a besoin de flics en Afrique. Vous ne serez pas des touristes, cette fois vous serez accueillis. Mais par prière et par principe, si vous prônez le « chacun chez soi » soyez les premiers à vous y ranger, comme tous les pauvres bienheureux paisibles de la Terre. Ce n’est pas être des champignons sortis de l’humus, ce qui s’appelle autochthonie. C’est un pays en quelque poésie, on y est avec la raison et n’en déroge qu’à condition de voyager pour la raison.   Anthropologie de l'école. Perspectives Jean-Paul Filiod Dans  Ethnologie française   2007/4 (Vol. 37

La santé poétique

Voici la véritable signification de la possibilité de la poésie : La lecture est de mes valeurs, je la chéris comme la santé de mon âme en bonne action Là où la poésie peine à se dénicher, où on ne l’aime, ni la pense, rechercher, si on en manque et qu’on la prive de bercer, ça signifie que la lecture est en procès Si toi aussi, là où tu vis, tu es témoin de la poésie censurée et abusée, c’est la lecture le salut de tout humain Sache en la poésie l’innocence accusée

Chat•Germano•Pro•Tintin

Chat•Germano•Pro•Tintin La vérité sur un plateau, pas pour demain Voyons ce que j’y peux : médias•votre service• D’abord, d’abord, l’y’a Paris, j’ai pas mieux que Fonzie’s dans Happy Days pour amusey ces vieux gamins, mal réveillés par St Germain, allô français• Revoici les cultureux les plus nuls d’Europe L’Amérique n’a pas à rougir de leur pop’ ( you la risée ) Petite vertu n’est pas de taille à danser Ce sont des petits gars et des petites meufs Ce sont des vrais gamins, âge mental, maturités Les questions réfléchies sont souvent évitées Êtres de jour en jour, sans otium , crânes d’œufs L’État finance ça : ta vie en chocolat Ton poids en temps perdu, qui revient en ennui Le souci cultivé est un mal d’aujourd’hui Un pouvoir démocrate a mépris pour ceux-là  

L’abcès français

Rimer des mots et voir le mal où il n’est pas français mauvais poésie nazi ss = ei  Et les autres furieux qui privent de poèmes, en estimant que c’est bien faire, à cause de ces cas de figures et de ne pas, bien droits. C’est une  jauge , à l’aune de l’Infini, la raison éditoriale envers la poésie. Sur fond de niveau Todt  à littér… « Danser dans les chaînes » : la définition nietzschéenne de la création comme jeu de la convention Olivier Ponton https://doi.org/10.4000/philosophique.86